Le jardin retrouvé

Il m’arrive
parfois
de rêver
du jardin
de jadis.

Je revois
dans la nuit
l’allée
de pierres
grises

qui court
devant moi
aussitôt
que la porte
s’ouvre,

le jet d’eau
qui dépose
les gouttes
de son chant
sur les roses,

le chat
qui ne dort
que d’un oeil
à l’ombre
des feuilles,

le buisson bleu
où je me raconte
des histoires
à la fin
heureuse,

et les herbes
folles,
les herbes
d’or
qui éclairent

mes paroles
comme des flammes
à chacun
de mes pas
allumées.

Une voix
secrète
se plaît, hélas,
à interrompre
mon rêve.

Elle me dit
que le jardin
est feu
depuis de nombreuses
années,

détruit
par les cognées
impitoyables
de la Grande
Pelleteuse.

Mais je n’y crois pas.
Et je réponds
à mon intime
ennemie
que si le jardin

défunt
est aussi vivant,
c’est qu’il demeure
en mon âme
et qu’il garde

ma joie
bien enclose,
à la Vie
résistante,
comme l’enfant

que j’étais jadis
et qui possédait
la clé
brillante
de sa délivrance.

Géraldine Andrée

2 commentaires sur « Le jardin retrouvé »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s