Le cahier de mon âme

Mon âme est un cahier où tout est écrit depuis longtemps, même les instants dont je ne me souviens pas immédiatement : les histoires que je me racontais derrière les arbres lorsque j’étais enfant, le mouchoir entortillé autour de mon pouce quand je pleurais, les bains de mer dans le lointain Midi.

Et tout ce qui est caché, méconnu, ignoré de la conscience, cela aussi est écrit dans le cahier de mon âme : la raison des répétitions des douleurs, les cicatrices si anciennes, les enjeux non compris, les motifs des mauvais choix.

Le cahier de mon âme est important. Mon psy m’a dit que les premières pages sont consacrées aux enfances des autres vies. Je peux y retrouver de nombreux pays natals, des villages d’Orient où la terre répandait sa poussière d’or sous mes pas quand j’apprenais à marcher et des hameaux d’Occident où j’ai cheminé tant de fois en trébuchant sous la pluie.

Le cahier de mon âme est omniscient. Il sait tout ce que je sais ; il contient tout ce que j’ai appris. Il répertorie mes richesses et mes manques.
Il est le Mémoire de toutes mes vies. Je n’ai pas à en avoir honte. Chaque chapitre, même tragique, fut important pour me faire devenir celle que je suis.
Je n’ai pas à le garder fermé non plus dans une longue nuit. Chaque homme a un cahier d’âme. Chaque âme venue ici sur cette terre a un cahier. Hélas ! Quand elle a perdu la direction de sa route, elle omet de le consulter !

Mais le plus important, l’Essentiel dirais-je, c’est que le Futur est écrit sur le cahier de mon âme par une main invisible et parfaite. Le meilleur futur. Le futur absolu parmi tous les futurs possibles. Celui qui fut créé pour moi dans le plus beau délié au moment où l’Univers est né. Evidemment, je ne peux pas aller trop loin dans la consultation du cahier. Non seulement je ne comprendrais pas le déroulement de l’histoire mais peut-être aussi me fâcherais-je de ne pas y lire le dénouement souhaité.

Pourtant, ce cahier est là pour m’aider. C’est le cahier de toujours qui n’a pas de page ultime, même lorsque je mourrai. Mon psy m’a dit un matin que, lorsque je désire un conseil, je peux demander à mon Guide, ce professeur pour cette vie, de guider ma main sur la bonne page, la bonne ligne et d’y lire le meilleur de mon histoire, à cet endroit, à cet instant, de trouver dans ce cahier ouvert

l’âme de tout ce que j’accomplis

pour l’âme de l’Univers.

Géraldine Andrée

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s