La robe de mariée

J’ai rêvé, la nuit dernière, de la robe de mariée que j’ai essayée devant le grand miroir du magasin Pronuptia et que je n’ai jamais portée.

Cette robe m’allait bien. Avec elle, j’irais d’un pas responsable sur le chemin emprunté par tant de femmes.

J’entends encore aujourd’hui crépiter sa dentelle autour de ma taille et je vois luire les perles de son échancrure à fleur de ma peau.

C’était une robe fuseau, une ravissante flamme blanche.

Elle épousait les lignes de mon corps à merveille.

J’avais prévu de la porter, un jour de soleil.

Mais on ne se marie pas pour une robe, aussi belle soit-elle.

Je sais, rétrospectivement et avec toute ma sagesse acquise, que cette robe fraîche comme une aurore d’été, cette robe de mes trente années, admirée dans le reflet du grand miroir, un soir de décembre, aurait été la robe du malheur.

Quand la promesse a été rompue, j’ai eu de la part du magasin d’habit de noces un avoir inférieur au prix de la robe de mariée en plus de l’apitoiement méprisant des vendeuses.

« Il ne faut pas désespérer ! » me suis-je entendue dire.

J’ai échangé la robe de mariée contre une robe de fête, à bretelles fines et aux volants de moire, noire comme le deuil.

Mais quand je dansais sous les lampes tournoyantes de la piste des discothèques, ma robe de jeune fille s’ouvrait autour de mes jambes comme une rose vermeille se déployant au vent.

J’étais fière d’être celle qui dansait. J’éprouvais, malgré le poids de mon expérience, la légèreté des étoiles.

Cette robe noire fut en vérité la robe de la dignité, de l’indépendance, du bonheur.

Je l’ai souvent portée avec un collier rouge comme les jours de défi.

Elle me va encore très bien cette robe noire, dans le reflet de mon grand miroir.

Quand j’ai dit « non » dans la révolte après l’humiliation de trop et la menace de la première gifle, je me suis mariée avec moi-même.

C’est grâce à ce mot qui m’a guidée sur le chemin de la volonté libre

que j’écris aujourd’hui des poèmes

qui aident à vivre,

des poèmes où le noir de la nuit

accueille la lumière.

 

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s