Le chemin qui court

C’est un chemin
qui court
comme un enfant
dans le jour

Qu’importe
l’époque
que ce soit
le Moyen-Âge

les Années Baroques
le Grand Siècle
la Période
des Philosophes

l’Ere
Industrielle
ce chemin
n’a pas pris d’âge

Il est aujourd’hui
aussi vif
et alerte
que jadis

Il change
bien sûr
au passage
des saisons

et il arrive
que s’efface
sa trace
dans la neige

ou le givre
comme une ligne
vieillie
sur une page

Mais on le retrouve
au printemps
traversant
toujours

aussi gaiement
la verte
lumière
des feuillages

Beaucoup
de générations
se sont éteintes
Feues certes

sont ces jeunes
filles
qui empruntaient
en guise

de détour
ses courbes
ombragées
et secrètes

Les jours
ont recouvert
de poussière
les empreintes

de leurs talonnettes
Mais le chemin
est resté
agile

et léger
Regardez-le
demain
au lever

à votre fenêtre
jouer
à faire
la course

avec le temps
qui perd
à chaque
instant

Voyez comme
le chemin
du jour
vous entraîne

toujours
plus loin
en éternels
enfants

que vous êtes
si vous consentez
à accepter
qu’un jour

vous achèverez
votre route
car c’est ainsi
que s’écrit

notre destin
à tous
Laisser
le chemin

se poursuivre
joyeusement
lorsqu’on aura fini
de vivre

et se prolonger
encore
tel un feu
allègre

ravivé
par la lueur
des instants
qui se succèdent

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s