Une saison pour un rêve

Ce n’est, parfois, ni l’heure ni la saison pour un rêve.
Il faut avoir l’humilité de le reconnaître et ne pas forcer le cours du temps. Sinon, notre rêve peut se décourager à aller ainsi à contre-courant.
Il vaut mieux lâcher prise sur son rêve, le libérer, le laisser s’envoler ailleurs, vers le pays divin où il se ressourcera.
Le rêve reviendra – c’est sûr – à une autre saison, une autre heure, sous un autre nom, avec une autre couleur, un autre chant.
Mais ce sera bien Lui.
A sa manière familière de se poser au bord de notre fenêtre, on Le reconnaîtra.
Délivrer son rêve des filets des velléités n’est pas abandonner.
C’est faire confiance en sa capacité de retour…
un beau jour !

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s