La chambre douce

Tu le sais.
Il est une chambre douce, là-bas, dont la fenêtre se cache parmi les feuillages.
Ta main à l’aube ouvre les persiennes avec des gestes de brise s’affairant autour d’une robe de jeune fille.
Les vitres s’illuminent en fin d’après-midi comme un bijou qui brille.
Tu vois la chambre dès que tu rentres de la plage et que tu longes le chemin bordé d’eucalyptus et d’herbes sauvages.
C’est une chambre dont le bleu enveloppe à merveille ta peau mouillée offerte au soleil.
Une chambre qui fleure bon la serviette de lavande et le savon de rose.
Une chambre à l’écart de la houle du monde qui emporte toute chose.
Une chambre faite pour les murmures et l’oubli.
Une chambre dont le silence qui t’étreint te délivre.
Une chambre qui t’emmène au large de toi-même.
Il est une chambre douce, là-bas, cachée derrière ce nom de paysage qui se balance au passage de ton souffle :
Kelibia.

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s