Le murmure de l’eau

Seul

me console

le murmure

de l’eau

secrète

dans l’herbe

 

J’y abandonne

enfin

mes chagrins

qui ne deviennent

plus

que fétus

 

de paille

insignifiants

pétales

emportés

au large

du Temps

 

Et je me sens

enfin

réunifiée

par la clarté

qui se fragmente

en mille

 

paillettes

que des reflets

bercent

entre

chant

et chuchotement

 

Quant

aux têtes

flamboyantes

des joncs

qui se détachent

des tiges

 

pour suivre

le flot

leur renoncement

m’apprend

le pardon

des tourments

 

Seul

me console

le murmure

de l’eau

secrète

dans l’herbe

 

Géraldine Andrée

Tous droit réservés

Copyright 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s