La première robe des beaux jours

Tu éprouves toujours une impression singulière lorsque tu revêts la première robe des beaux jours.

C’est une robe de coton rose et blanche avec des volants qui dansent autour de tes jambes.

Tu crois, à l’instant initial où tu sors dans le soleil de la rue, que tu es à la limite de l’indécence.

Mais ce n’est qu’une illusion.

La première robe des beaux jours a un décolleté sage, de fines bretelles, l’ourlet au-dessus du genou.

Pas de quoi mettre en émoi une cavalerie.

Tu as les épaules nues. On voit la naissance de la courbe de ta poitrine et le creux nacré de ta gorge.

Il suffirait, bien sûr, que la main farceuse du vent la soulève, voire la retrousse, pour qu’un passant voie davantage – une autre fleur encore dans sa corolle.

Mais le tissu de coton, tant que le vent demeure respectueux, ne laisse rien paraître.

Et c’est toi qui passes, affirmée, dans la lumière de ce début d’été.

Tu te familiarises avec les sensations nouvelles : l’air sur ta peau, le soleil aussi. A chaque pas, tes hanches ondulent, ondoient et tu devines le reflet blanc de la robe remuée comme une voile.

Ce qui t’étonne toujours délicieusement, lorsque tu sors avec la première robe des beaux jours, ce sont tes jambes qui se touchent en marchant, cette caresse de ta propre peau contre ta peau, comme s’il s’agissait du frôlement d’une inconnue.

Il n’y a pas de doute : tu es bien présente et vivante.

Les jours suivants, tu t’habitueras, c’est certain. Cet effleurement réciproque de tes jambes deviendra évident pour ta conscience.

Il fera partie de toi.

Mais pour le moment, c’est une découverte, renouvelée à chaque été. 

Et puis, tu le sais, la première robe des beaux jours est le présage

du maillot de bain plus échancré

et de la première vague qui t’accueillera bientôt dans son sillage.

Tu anticipes, en souriant, ces impressions singulières alors que, vêtue de ta robe blanche et rose bien sage, tu fais – comme si de rien n’était – tes courses ou ta promenade.

Géraldine Andrée

Extrait d’un recueil à paraître

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s