Le cahier du Kif : Semaine 15 ; à chaque jour sa patate

J’ai noté dans mon journal intime une phrase qui me va bien :

« Si tu ne peux pas changer radicalement ta vie, tu peux l’améliorer petit à petit dans ton quotidien. »

Cette phrase me valorise, m’encourage, me donne de l’élan.

C’est vrai, on change sa vie pas après pas, geste après geste, instant après instant.

Il suffit d’un rien pour que la métamorphose soit importante :

déplacer sa chaise ou son fauteuil pour s’ouvrir à une autre perspective, trouver un autre angle de vue ;

intégrer une promenade douce et tranquille dans ses journées chargées ; prendre le temps de respirer, d’écouter le vent dans les arbres ;

prêter attention aux variations de la lumière ;

acheter une autre marque de thé ; remarquer sa couleur plus dorée ;

se départir de la culpabilité, de la pression du regard d’autrui ;

faire ce qu’on aime ; pratiquer ses passions ;

écrire le plus tôt possible ses pages du matin pour être sensible à la vie qui s’éveille au rythme de la plume ;

allumer un bâton d’encens pendant la lecture ;

prendre des nouvelles des proches plus souvent ;

tenir un journal créatif ;

être fidèle à une pratique d’art-thérapie ;

s’étirer;

méditer devant une fenêtre ;

recopier les phrases les plus intéressantes d’un article ;

écouter de la musique ;

danser ;

être conscient de son corps – la main sur la page, les pieds nus sur le tapis ; ce souffle sur la peau ;

feuilleter un album de poésies chinoises ; apprendre un poème par ❤ ;

avoir des rituels personnels, secrets, qui prodiguent du plaisir à être pratiqués.

Etty Hillesum dans Une Vie bouleversée décrit la beauté d’un rayon de soleil dans l’eau sale du seau, le matin, après son réveil dans le camp de concentration.

Dans Guerre et Paix, Pierre rencontre en prison Karataïev. Alors qu’il est affamé, ce nouvel ami partage avec lui une pomme de terre. Pierre mord voracement dedans.

– Attends ! Lui dit Karataïev. C’est meilleur avec un peu de sel dessus !

Et il sème quelques grains sur la pomme de terre.

Pierre prend alors le temps de déguster ce seul légume qu’il n’oubliera jamais ; un légume tout simple dans sa peau brune qui se rappellera à sa mémoire quand, plus tard, il retrouvera une table de nourriture abondante.

On peut partir très loin pour l’illumination. Je l’ai fait moi-même.

J’en ai des pratiqué, des stages. J’en ai lu des livres sur la spiritualité.

Tout ceci n’a jamais changé radicalement ma vie.

Comme un feu d’artifice, de tels éclats se sont dispersés dans la nuit.

Mais me contenter de ce que j’ai m’a toujours rendu plus heureuse, plus confiante en la volonté divine.

Alors, à côté de la date

dans mon journal,

j’inscris

dorénavant

cette phrase :

« A chaque jour sa patate ! »

Avec un peu de sel dessus,

c’est encore meilleur.

 

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s