J’ai taché ma robe

J’ai taché ma robe,

ma robe toute belle, toute blanche, toute fraîche, bien repassée.

C’est pas de ma faute ! me suis-je écriée.

Mais si ! Tu as commis un péché !

Tu as été trop gourmande !

Tu as taché ta robe !

Vois sur l’échancrure

la framboise de la glace qui a coulé

dans la lumière de l’été

et sur l’ourlet cousu à la main

quelques brindilles qui se sont accrochées

au cours de tes roulades

et là, sur le volant de dentelle,

le vert mouillé de l’herbe

où tu t’es assise.

Ta robe s’est froissée

lors de ta course avec la brise !

Comment effacer

plis et taches,

toutes les traces

de ces joies interdites

si tu veux rester coquette ?

Comment retrouver la belle robe blanche ?

Je ne sais.

Je promets à chaque fois

de ne plus recommencer

et puis je recommence.

Je suis vilaine.

 

Cela fait longtemps

que j’ai quitté la robe de mon enfance

mais je fais de même

avec les belles pages blanches

du cahier fraîchement acheté.

J’ai l’audace

de les tacher avec des mots qui disent les cerises, les mousses argentées, les gouttes de sève, les fétus blonds qui volent avant l’orage

et dont le regard de ma mémoire se parsème.

Robe de papier

pour mon désir de revivre avec gourmandise

toutes les joies en allées

qui ne peuvent repasser.

Oh ! Surtout,  ne rien effacer !

Je suis écrivaine.

 

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s