Tu as laissé les choses t’attendre

Tu as laissé les choses t’attendre :

l’aiguille en chemin sur le gilet de laine, les touches qui ont besoin de la danse de tes mains pour allumer leurs notes.

La grande ombre noire du piano se dresse dans l’ombre grise.

Seul le miroir regarde de son oeil rond la page de la partition.

Tu as quitté tout cela de façon si soudaine !

Tu es tombée dans la cave un soir de décembre.

Après un séjour à l’hôpital, on a dû faire ta valise.

J’imagine la fois ultime où un rayon de soleil a doré les objets de ta vie.

Puis, on a fermé les volets sur les futures saisons.

Le silence a recouvert de son grand manteau tous les fauteuils de ta maison.

Parfois, mon songe me mène à pas secrets

vers le cordon délié de ta robe de chambre

posée sur le dossier d’une chaise.

La journée est longue mais sonne toujours l’heure où tu rentres.

Y a t-il vraiment des départs qui ne demandent pas de retours ?

Tu as laissé les choses t’attendre.

 

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s