Tout vit près de ta maison

Tout vit près de ta maison.
Les feuilles chantent dans leur ronde
pendant que la brise sautille de seconde en seconde. 
L’herbe est toute étoilée des ailes de la saison.
Les manèges rutilent
Et l’on entend derrière les branchages leur musique dont les notes tintent au rythme des lampes qui clignotent.
Les enfants ont des barbes à papa rose.
Des pétales devant les pas se déposent.
Le chemin va de soleil en ombrage, d’ombrage en soleil et le trait tremblant de la lumière entoure les visages.
Le temps s’oublie dans une bulle de jus de fruits qui crépite à la blonde surface.
Dans un autre verre se reflète le souvenir d’un sourire qui passe.
Tout vit près de ta maison.
Et moi, je songe qu’il ne faut pas que je parte trop tôt
car je risquerais peut-être de manquer
l’apparition de ton ombre blanche
à la fenêtre,
une fois les persiennes ouvertes.
Alors, je me regarde t’attendre
dans les yeux des gens
qui poursuivent ensemble
leur beau rêve de dimanche.

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s