Ton manteau rouge

Je ne pleure plus
en songeant
à ton manteau
rouge 
que je voyais
toujours
de loin
quand
le train
entrait
en gare
J’ai cessé
de pleurer
le fait
absolu
que tu aies
cessé
de m’attendre
sur le quai
Un
par une nuit
de décembre
afin
de ne pas voiler
cette flamme
permanente
qu’est
devenu
ton manteau
rouge
dans la nuit
de ma mémoire

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s