J’ai revêtu pour la nuit

J’ai revêtu pour la nuit
ma chemise de jeune fille
et je me suis endormie
avec l’espoir serein
de retrouver le lendemain 
le clair de jour d’antan
derrière le silence en voiles blancs, 
l’odeur du lait 
qui s’attarde pendant les vacances
dans un rêve lointain,
le bruit d’une porte qui s’ouvre
et toi qui reviens de courses,
apportant dans ton cabas rouge
le journal, du persil en bouquet,
un pain frais et quelques pommes de terre douces
dans leur robe dorée,
pendant que je me réveille, 
certaine que mes yeux, une fois leurs paupières levées,
ont le pouvoir de te faire réapparaître, rajeuni de toutes ces années 
où je n’ai pas encore vieilli.
J’ai revêtu pour la nuit
ma chemise de jeune fille.

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s