La maison de mon rêve

Je changeais d’étage dans la maison de mon rêve.

Il me suffisait de descendre quelques marches pour retrouver un appartement semblable à celui du dessus avec des fenêtres qui s’ouvraient à fleur de terre.

Le ciel, blanc comme une nappe de fête, se déversait sur ma page et des senteurs d’herbe fraîche infusaient la lumière débordant de tous les contours du paysage.

Une vie bougeait en moi. Elle battait doucement comme une aile non loin de mon coeur.

Et je songeais dans ce secret tremblement que, si je faisais un test de grossesse, celui-ci s’avérerait positif.

Je savais avant la nouvelle qu’un enfant était annoncé.

Toute ma conscience en était pleine.

Puis, je tournais la tête et je te voyais, assis, buvant un verre d’eau de lavande.

Je craignais que cela ne te fît du mal mais tu me répondais que la lavande était un bon calmant pour le coeur et que, là où tu étais, cela n’avait guère d’importance ; plus rien ne te ferait de mal car ton coeur était devenu vaste.

Tu m’offrais même une gorgée.

Toi, le défunt, tu m’offrais le présent d’une belle eau bleue où miroitait le jardin qui bordait la fenêtre et d’où tu avais sûrement dû cueillir ces fleurs.

Tu me disais, sans parole :

La vie est encore possible !

Je te demandais sur l’ancien ton insolent d’une fillette qui défie son père :

Alors, prouve-le moi !

Et ton sourire me déclarait :

La seule preuve

consiste… 

à vivre !

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s