La lampe

Il me semble
que j’ai laissé
en partant

une lampe
allumée 
là-bas

Je songe
au coeur
de sa clarté

qui bat
et éclaire
le bras

d’un fauteuil
l’arabesque
d’un tapis

de Perse
sur le seuil 
le couvercle

doré
du poudrier
devant le miroir

et peut-être
un spectre
qui cherche

son chemin
Il me semble
que j’ai laissé

une lampe
allumée
là-bas

dans la nuit
close
de la demeure

et si je ferme
mes paupières
très fort

je crois voir
son coeur
d’or

qui m’envoie
l’aile
de sa lueur

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s