Le printemps

On voit poindre les bourgeons au dessus des grilles de la ville.
Les crocus mauves sont encore clos sur eux-mêmes. Ils gardent leur corolle pour un autre soleil.
Des notes d’oiseaux sautillent de branche en branche.
Le printemps est venu en catimini. Il a traversé des nuits de vent et de pluie à pas de chat.
Et aujourd’hui, il est là.

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s