Quand je songe à toi,

Quand je songe à toi, dont les joues avaient gardé une flamme de couleur jusqu’au soir de ta mort, je me dis que tu t’es forcément réincarné dans une rose. Je le sais à la manière avec laquelle celle-ci, qui perce l’ombre du mur, me regarde.

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s