La maison cachée

Les feuilles de la belle saison
cachent la fenêtre de ta maison

J’ai beau m’approcher pencher la tête
je ne vois pas la pièce

où tu travaillais jadis
et que cette heure baigne de soleil

Alors je prends mon carnet
à la couverture grise

et je note feuille après feuille
les souvenirs

– le silence au murmure d’eau
ce grain de beauté

au bord du col de ta chemise
et qui éclaire ta nuque

lorsque tu te penches sur ton livre
étoile de ta peau

luisant encore
dans ma mémoire triste

tandis que les feuilles de la belle saison
cachent la fenêtre de ta maison

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s