L’heure

L’heure se fait soudain plus fraîche
On dirait qu’un rayon pleure dans les herbes
Et au moment où tu remontes ton col
un merle s’envole

vers un peu de bleu qui demeure
plus loin
tandis que l’ombre me cache ton sourire
de la même manière qu’elle efface les fleurs

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s