Il y avait dans la ville

Il y avait dans la ville
le coeur d’un jardin tranquille
battant en chaque note d’oiseau
en chaque goutte du jet d’eau

Dans l’ombre du feuillage
apparaissait un visage
qui se penchait sur mon coeur
quand j’avais peur

de ce fidèle fantôme
dont la robe blanche
de communiante
effleurait les fleurs

Aujourd’hui
le jardin vendu
est tout autre
Il a vécu

de telles métamorphoses
que je ne reconnaîtrais plus
la moindre de ses notes
la moindre de ses gouttes

Et ce cher visage
n’existe que dans l’ombre
de mon coeur
qui bat juste

un peu plus
lorsque je suis de passage
dans cette ville
qui ressemble à toutes les autres

Géraldine Andrée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s